Skip to content

lettre à M. Lafon et Mme Bardoux (14.9.11)

AVTC (Association Vigilance Transports Circulation), 40 av. Salettes-Manset, 31320 Castanet-Tolosan

à : M. Arnaud Lafon, maire de Castanet  –  Mme Marie-Régine Bardoux, élue EELV à Castanet

le 14 septembre 2011

Madame, Monsieur,

    Riverains de l’avenue Salettes-Manset regroupés au sein de l’AVTC, nous sommes scandalisés par vos contradictions et votre double langage incessants, votre attitude anti-démocratique et irrespectueuse des citoyens.

    En effet, M. Lafon a permis la création d’un groupe de travail par Mme Bardoux, sur la proposition de celle-ci, afin d’étudier le projet d’aménagement de l’avenue Salettes. Suite à la première réunion, le 16 juin, Mme Bardoux a rédigé un compte-rendu comportant des priorités, parmi lesquelles « tout faire pour réaliser la liaison RD 813 et RD 79 » et « préserver l’avenir et l’emprise de la déviation ». Or, dès le Conseil du 4 juillet, M. Lafon a demandé au Sicoval de solliciter auprès du Conseil Général la levée de l’emprise de cette « déviation ». Mme Bardoux a jugé bon, d’après ses propres termes, de conseiller « naturellement » à son groupe politique de voter dans ce sens, allant même jusqu’à s’en réjouir ! Elle a d’ailleurs de suite supprimé de la liste des priorités le second point mentionné ci-dessus…

    Se conçoit-il qu’un « médiateur » (c’est le terme utilisé par Mme Bardoux) prenne ainsi parti de façon délibérée, à l’encontre de ce qu’a préconisé son groupe de travail ? Il est également à noter qu’elle affirme, dans son message écrit du 17 juillet, sa « conviction que la déviation telle que prévue il y a 30 ans serait néfaste » !! Quelle belle preuve de neutralité et de souhait réel de consultation !!

     De plus, ce n’est que le 27 juillet, plus d’un mois après la première réunion (article de La Dépêche) que Mme Bardoux a officiellement demandé à M. Lafon de lui fixer une feuille de route détaillée !! Chacun appréciera cette méthode de travail rigoureuse…

     Selon La Dépêche du Midi (23/4/11), M. Lafon annonçait à la réunion publique du 22 avril « sa volonté d’apporter de la modération dans un débat passionné ». De même, Mme Bardoux, comme elle l’avait annoncé au conseil municipal du 31 mars, voulait « une réflexion apaisée ». Comment imaginer que ce groupe de travail puisse à présent travailler dans la sérénité ?? Le groupe socialiste de Castanet l’a d’ailleurs quitté immédiatement après le conseil du Sicoval, la Coordination Circulation Sud-Est a décidé de ne plus y participer.

    Les riverains de l’avenue ont tenu à « jouer le jeu » de la démocratie que vous proposiez. Vous l’avez bafouée de façon magistrale et votre crédibilité est réduite à néant. Votre soi-disant concertation était faussée dès le départ, les citoyens ont été manipulés une fois de plus. Vous n’êtes pas sans ignorer que l’organisation du flux de circulation dans ce secteur est un élément déterminant pour les conditions de déplacements à venir sur Castanet et les communes voisines, et que votre responsabilité est lourdement engagée.

   Dans l’attente d’une réponse, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

                                                                pour l’AVTC,  Odile Dufour, présidente

 copies à :

M. Izard, président du Conseil Général  –  M.Valette, président du Sicoval  –  Mme Pruvot, Conseillère Générale  –  Mme Bories, Conseillère Régionale  –  M. Karsenti, maire de Péchabou  –  M. Sérieys, maire d’Escalquens

Mmes Payan, Lesoin, élues socialistes de Castanet  –  Mme Chauvelau, MM. Lemarié et Fourmond, élus de la majorité à Castanet  –  M. Coureau, directeur des services techniques de Castanet  –  M. Noguéra, zone artisanale de Vic

associations : M. Mourgues (CCSE), MM. Bagnéris et Bech (Place Publique), MM. Bacsa et Bacon (Association Rabaudy-Grande Borde), M. Viala (Mieux Vivre à Castanet), MM. Cassette et Laval (association le Cavalié)

Publicités

banderoles (2)

Remarques d’un habitant de Castanet

Le 1er Janvier 2011

Gabriel MAINCENT  –  11, Impasse de la Tuilerie 31320, CASTANET-TOLOSAN

 A    La Commission d’enquête du projet SCOT

Objet : Remarques concernant la Circulation et le projet d’aménagement de l’Avenue Salettes et Manset

Je tiens à attirer votre attention sur la circulation des véhicules sans cesse croissante et variée (Bus, Camions, Transport en tous genres, Hors gabarit, etc…) dans l’avenue Salettes et manset et les conséquences sur la vie des riverains qui sont pour la plupart d’anciens Castanéens ou de plus récents auxquels on avait assuré de l’imminence d’une déviation. Si on observe la circulation, on s’aperçoit que la plupart des véhicules et particulièrement les gros camions et les hors gabarit utilisent cette rue pour rejoindre la RN 813. Un bouchon de quelques centaines de mètres se forme d’ailleurs très souvent sur la voie de raccordement à la RN 813. Ce bouchon bloque l’accès au centre ville et à la route de Mervilla ce qui montre le degré de saturation de cette avenue.

Le projet d’aménagenment de cette avenue Salettes et Manset qui nous a été présenté serait vraisemblablement très onéreux pour la collectivité et n’arrangerait pas du tout la situation.

En plus des bus , voitures, camions et « hors gabarit », on verrait apparaître une activité vélo, vélomoteurs et motos. Ne serait-il pas plus raisonnable, tant sur le plan des dépenses publiques que de l’efficacité, de séparer les deux axes d’amélioration : L’aménagement d’une piste cyclable conduisant au canal d’une part et, d’autre part, la limitation de la circulation dans cette avenue.

  • L’aménagement d’une piste cyclable conduisant au canal pourrait se faire simplement et dans un budget raisonnable en ajoutant quelques maillons au chaînage de pistes cyclables existant à Castanet. Ces maillons pourraient emprunter des rues très peu fréquentées voire des chemins peu utilisés.
  • La circulation dans l’avenue Salettes et Manset pourrait être grandement améliorée par la réalisation du projet de raccordement à la RN 813. Cet accès direct à la RN 813 éviterait de ramener tout un flot de véhicules (voitures, camions, hors gabarit) jusqu’au centre de Castanet (cf plan de Castanet joint) et permettrait de l’évacuer vers la RN 813 et de faciliter les accès au Zones Industrielles locales.

Nous vous demandons donc d’abord de ne pas libérer la réserve de terrain existant en ce moment entre l’avenue Salettes et Manset et la RN 813 et de lancer un contre-projet de ce type qui nous paraît plus rationnel et certainement beaucoup moins cher que l’aménagement qu’on nous propose.

Avec mes meilleures salutations

Gabriel Maincent

Bienvenue sur notre blog !

http://www.petitions24.net/sauvons_lavenue_salettes

    Nous sommes les riverains de l’avenue Salettes-Manset à Castanet-Tolosan (1) regroupés, absolument en-dehors de toute appartenance politique, au sein de l’Association Vigilance Transports Circulation (2).
     Une étude a été présentée à partir de juin 2010 par la mairie et le Sicoval (communauté d’agglomération sud-est toulousain) pour aménager notre rue, ce qui est demandé depuis … une trentaine d’années, pour des raisons de sécurité (3).
Cette étude n’est pas du tout satisfaisante sur ce point car la circulation restera identique. Nous demandons la réalisation de la « déviation de Castanet » sur l’emprise réservée et dont le financement est assuré par le Conseil Général (4), ceci sous la forme d’un boulevard urbain (5), comme le préconisait le voeu de circulation voté à l’unanimité par le conseil municipal du 7 juillet 2005.
     De plus, il est prévu une piste cyclable à double sens sur un côté de la rue, qui empiétera nettement sur les propriétés, posant même des problèmes pour entrer les véhicules… Nous avons proposé un parcours cyclable alternatif ne nécessitant pas d’aménagements lourds et utilisant des voies à circulation réduite pour rejoindre parc de Rabaudy et canal du Midi.

(1)  voir la rubrique « Quelle est cette rue ? »    –    (2) voir « AVTC »    –   (3) voir « incidents/accidents »    –   (4) voir « schémas pétition »    –   (5) voir « Qu’est-ce qu’un boulevard urbain ? »
(voir également en particulier : compte-rendu rencontre 12/7/10 courriers 10/10/10, 24/1/11articles 25/11/10, 24/3/11, 21/4/11  –   SCOT remarques 2/2/11)

     Un groupe de travail a été créé à l’initiative de Marie-Régine Bardoux, l’élue EELV du conseil municipal, pour étudier ce projet. Une première réunion a eu lieu le 16 juin 2011. Toutefois, en dépit des  priorités présentées dans le compte-rendu, parmi lesquelles « préserver l’avenir et l’emprise de la déviation » et « tout faire pour réaliser la liaison RD 813 et RD 79 », le maire a jugé bon de demander au Sicoval, lors du conseil du 4 juillet, la levée de l’emprise et Mme Bardoux a conseillé aux élus EELV de voter dans ce sens ! Suite à quoi le groupe socialiste de la municipalité a démissionné du groupe de travail…

(voir en particulier : lettre à M. Lafon et Mme Bardoux 14/9/11)

     Tout ceci vous explique pourquoi les banderoles dans notre rue et pourquoi nous vous invitons à aller signer la pétition en ligne !      http://www.petitions24.net/sauvons_lavenue_salettes

* Pour toute question ou commentaire :     salettesmanset@gmail.com

La Dépêche du Midi 27/7/11 – groupe de travail

Publié le 21/07/2011 11:35 | Jean -Paul Rouquier.

Castanet-Tolosan. Salettes-et-Manset : un trafic moins fluide

Marie-Régine Bardoux, ici avec le directeur des services techniques, a animé la réunion publique avant de diriger le groupe de travail. Mais l'opposition municipale a claqué la porte./Photo DDM.M.D.

Marie-Régine Bardoux, ici avec le directeur des services techniques, a animé la réunion publique avant de diriger le groupe de travail. Mais l'opposition municipale a claqué la porte./Photo DDM.M.D.
Marie-Régine Bardoux, ici avec le directeur des services techniques, a animé la réunion publique avant de diriger le groupe de travail. Mais l’opposition municipale a claqué la porte./Photo DDM.M.D.

Le groupe d’opposition « Castanet en mouvement » vient de claquer la porte du groupe de travail créé pour apporter des solutions au grave problème de circulation de l’avenue Salettes-et-Manset. Cette décision fait suite au vote du Sicoval qui a décidé de lever l’emprise de la déviation de Castanet. Accusé au premier chef, le maire, Arnaud Lafon, coupable selon Cécile Payan et ses amis « de laisser le groupe se réunir et travailler pendant plusieurs semaines alors qu’il poursuivait ses petits arrangements avec son voisin péchabolien ». Marie-Régine Bardoux est aussi dans la ligne de mire. L’élue verte, à qui Arnaud Lafon, avait confié la délicate mission d’animer le groupe de réflexion, se défend en se voulant compréhensive : « Je n’en veux pas à l’opposition qui considère qu’elle n’a pas de marge de manœuvre. Mais je n’ai, en aucun cas, accepté un hochet « dédaigneusement » attribué par le maire. Après la réunion publique qui s’est tenu fin mai, j’ai réuni le groupe de travail. Plusieurs associations de riverains, la coordination Sud-Est, le conseil de quartier, M. Nogueira, chef d’entreprise de la zone de Vic, etc. y ont participé. Nous n’avons pas choisi telle ou telle option mais défini précisément les problèmes rencontrés. En premier lieu, la rue du Cavalié, où 6 000 voitures passent trop vite tous les jours. Mais aussi, rue Salettes-et-Manset, le trafic des convois grands gabarits que nous allons demander à la préfecture d’interdire. Et encore les nuisances sonores des gros camions qui empêchent de dormir sauf entre 2 heures et 5 heures du matin. La question de la sécurité des gens du Cavalié qui doivent marcher au bord de la route pour se rendre au centre-ville est également prioritaire. A ce jour, rien n’est décidé mais il est sûr que l’aménagement est indispensable et qu’il se fera. Pour ma part, je réunirai le groupe en septembre et je vais demander aumaire de définir une feuille de route détaillée. »

La Dépêche du midi 23/4/11 – réunion publique

Publié le 23/04/2011 03:53 | Jean -Paul Rouquier

Castanet-Tolosan. L’avenue Salettes déroutée

Les riverains ont activement participé au débat. Mais la position de la plupart d'entre eux est très éloignée des aménagements, tronçon par tronçon, proposés, par la mairie./Photo DDM, M.D.

Les riverains ont activement participé au débat. Mais la position de la plupart d'entre eux est très éloignée des aménagements, tronçon par tronçon, proposés, par la mairie./Photo DDM, M.D.
Les riverains ont activement participé au débat. Mais la position de la plupart d’entre eux est très éloignée des aménagements, tronçon par tronçon, proposés, par la mairie./Photo DDM, M.D.

Marie-Régine Bardoux avait bien préparé son affaire. Un écran géant, des tables disposées comme au loto, du papier pour noter les questions à poser… Mais la plupart des Castanéens, venus nombreux assister à la réunion publique, en sont repartis frustrés et déçus. Car il était bien précisé que la discussion porterait sur l’aménagement du premier tronçon de l’avenue Salettes-Manset. Alors que la majorité d’entre eux, comme les associations et les politiques ayant mené une réflexion préparatoire, estime qu’il faut traiter le problème dans sa globalité.

En préambule, le maire Arnaud Lafon, avait bien dit sa volonté d’apporter de la modération dans un débat passionné et passionnel. Et redit que la municipalité est hostile à une déviation. Son homologue de Péchabou, Georges Karsenty précisa que sa municipalité est également contre. Mais le principal interlocuteur fut Jean -Michel Coureau, directeur adjoint des services techniques qui répondit à toutes les questions… techniques : nature du revêtement, emplacement des pistes cyclables prévues boulevard Périès. En présence de Muriel Prévot, conseillère générale, les riverains ont eu tout loisir de s’exprimer : « Ne lions pas la déviation à la nature de la rue ; Sinon, dans dix ans, on est encore là », dit l’un. Un autre, très applaudi : « Accepter ce projet, c’est laisser tomber la déviation. Et de demander l’interdiction des poids lourds, si dangereux pour cyclistes et piétons. Une dame souligna que « le canal est deux fois plus dangereux ». Quand je passe avec mon petit-fils, j’ai peur. « Le vrai problème, c’est le transport. Or, on tronçonne le débat », commentait Bernard Bagnéris, en aparté. « Tout est lié. On ne peut pas réaliser un petit bout et décider ensuite. » Avant le consensus, la route sera longue.

boulevards urbains (B-U)

à partir du Journal de la Coordination Circulation Sud-Est (CCSE) de janvier 2010 (reportez-vous aux notes en bas de page)      http://circulation.hebergratuit.com/index.htm

Un Boulevard Urbain, qu’est-ce que c’est ?

Les boulevards urbains sont des voies multimodales, apaisées, support d’urbanisation. Ils comprennent des espaces pour les modes doux (trottoirs, pistes ou bandes cyclables), intègrent un site propre pour les transports collectifs ou la réservation d’un espace permettant de les intégrer ultérieurement. La vitesse maximale autorisée est de 50 km/h en général, éventuellement 70 km/h sur certaines sections. Les carrefours sont à niveau sauf exception. Le boulevard urbain est réalisé lors de l’urbanisation des territoires qu’il irrigue.

Contexte de l’aire urbaine toulousaine et du sud-est toulousain

La CCSE a toujours défendu le B-U de Castanet dans le but de faire « sauter le bouchon Castanet de la RD 813 » et cela pour plusieurs raisons. La première est l’intérêt des Castanéens, la seconde celui des habitants des communes proches : Auzeville, Ramonville, Péchabou , la troisième : l’intérêt de tout le sud-est toulousain.
Dans un premier temps il ne faut pas mettre en opposition RD 916 * et B-U de Castanet, comme on aurait trop tendance à le faire, ils ont tous les deux leurs « spécificités » bien particulières et complémentaires qu’il faut intégrer dans une réflexion globale.
Sans vouloir exposer les séries de chiffres ou des listes à la Prévert, il faut savoir qu’il avait été prévu dans l’agglomération une augmentation du trafic de 60% entre 1996 et 2015.
Or, l’enquête ménage de 2005 mettait en évidence la réalité des chiffres qui était encore plus importante et alarmante que prévue car on dénombrait plus de 3,6 millions de déplacements. Cela veut dire qu’en 9 ans, il y  avait chaque jour 730 000 déplacements de plus qu’en 1996.
On a eu jusqu’en 2009, selon les statistiques, un trafic en augmentation de 3% minimum chaque année. Nous en arrivons donc, à peu près, à 820 000 déplacements jour sur une fourchette basse.
Arrêtons là les calculs et attendons l’étude que doit lancer le Conseil Général pour avoir des chiffres officiels et réactualisés. Ces chiffres sont quand même importants car ils permettent de mieux appréhender la problématique de notre agglomération.

Les avancées récentes de Ramonville
La réflexion en matière d’urbanisme, de circulation et de transports à Ramonville comporte actuellement des points forts intéressants.
La ville prévoit de développer son urbanisme autour de l’actuel Boulevard Mitterrand (ancienne déviation de la RN 113). Elle prévoit ainsi de transformer ce Bd Mitterrand en vrai boulevard urbain, répondant ainsi à la définition de ce concept en prévoyant par exemple la suppression de l’actuel «Pont de Marnac ».
La ville a repris un projet qui avait été bloqué par Tisséo* lors du mandat municipal précédent quand P. Cohen était maire de Ramonville et que J.L. Moudenc était président de Tisséo. Ce projet consiste à relancer un TCSP * sur l’avenue Tolosane, offrant ainsi aux communes sur l’axe RD 813 (Auzeville, Castanet…) une fourche de TCSP, avec une branche allant vers le lycée Bellevue, l’Université Paul Sabatier, Rangueil, etc

Pendant ce temps-là que se passe-t-il sur Castanet ?
La réponse est simple : en transports en commun les bus sont freinés par la circulation puisque le TCSP a été arrêté à l’entrée de la ville, et pour les automobilistes, « on passe partout ou l’on peut » sur les trajets classiques vers l’aire toulousaine, que ce soit dans Auzeville, Ramonville, Castanet, Péchabou ou bien du côté de Labège…
Castanet avec son axe unique, la RD813, est donc resté un goulot d’étranglement, et l’avenue Salettes -Manset se transforme en un axe de contournement involontaire. Il n’est plus besoin à partir de cela de démontrer l’importance du B-U qui avait été prévu pour être multimodal (tram, modes doux et véhicules à 50 Km/h).

La RD 916 permettrait de canaliser :
 Un premier flux de circulation sur la déviation de St Orens pour ceux qui en ont besoin, et servirait aussi à l’axe Toulouse-Revel en le rendant plus fluide, car ne passant plus dans St-Orens
 Un deuxième flux pour toute la zone à urbaniser de Lamasquère jusqu’au Décathlon
 Un troisième flux pour arriver sur Escalquens / La Cousquille
 Et, bien sûr, un accès à l’échangeur du Rachaï *, si ce dernier pouvait voir le jour, et désengorger ainsi le Palays aux heures de pointes.
Un élément tout aussi important du RD916 est le point multimodal qu’il pourrait desservir pour une grande partie du Sud-Est toulousain au niveau du nœud multimodal de la Cadène *.
Il accepterait, grâce à son dimensionnement et son architecture comportant un court passage souterrain, les échanges de circulation sur les différentes voies, notamment le B-U de Castanet, en limitant ainsi les bouchons aux différents points névralgiques (voir le bouchon entre « Carrefour » et le Rachaï aux heures de pointes).  
Enfin, un accès aisé à la gare de Labège qui pourrait ainsi donner naissance aux échanges Tram/Train avec la gare Matabiau pour ceux qui veulent se rendre à Toulouse.

Le B-U de Castanet aurait, lui, comme rôle de faire transiter plusieurs vecteurs de transport comme il a été démontré précédemment et cela, aussi, dans la continuité du RD 916 * depuis le Rachaï*.
Il permettrait un évitement du centre de Castanet pour les flux de circulation qui ont besoin de transiter sur la RD 813 sans pénétrer dans Castanet, que ce soit au niveau des hors-gabarit, camions, V-L, l’accès à la zone industrielle de Vic … – le meilleur exemple de tout cela est bien le B-U de Ramonville qui a prouvé son efficacité.
De plus, si un parking de délestage est bien positionné au niveau du croisement du B-U et du RD 813, on pourrait laisser son véhicule et prendre le TCSP, qui a été conçu pour être transformé en tram … dès que son tracé n’est plus englué dans la circulation automobile.
N’oublions pas non plus l’ensemble de la très forte urbanisation le long de la RD 813 entre Ramonville (évoqué ci-dessus), Auzeville le bas (population et salariés) et Castanet. Il faut en réponse à cette urbanisation des moyens de transport et de circulation adéquats pour accueillir ces nouveaux habitants ou salariés, mais aussi sur l’axe du B-U duquel un éco-quartier sera voisin…
Rappelons aussi qu’avec un tel B-U, plus de hors-gabarits dans la voie de bus, donc la nécessaire possibilité de faire enfin passer un tram.  
Ainsi Castanet deviendra plus fluide et on rendra le cœur de la ville à ses habitants pour de meilleures conditions de vie et environnementales, tout cela aussi au profit de l’économie locale, artisans et commerçants, avec bien moins de difficultés pour se rendre chez eux et surtout en toute tranquillité.
Ne nous y trompons pas, même si la prolongation du RD916 est prévue après La Masquère, cela ne se réalisera sûrement pas avant une dizaine d’années puisque rien n’est acté au niveau des communes traversées.
Un Castanéen membre de l’association nous disait récemment « Nous aussi nous avons le droit au même cœur de ville que Labège, Ramonville, Auzeville ou Escalquens, enfin dépolluées de tout trafic gênant »      
Sans B-U, les Castanéens resteront pris aux pièges de la circulation comme dans les communes proches et dans tout le sud-est Toulousain !!!
_____________________

  • La Cadène : à proximité de Labège Innopole
  • le Rachaï : au niveau de l’aire des nomades en bordure du canal, à Castanet
  • RD 916 : voie  qui part du Palays et longe Labège Innopole (Carrefour)
  • TCSP : Tranport en Commun en Site Propre
  • Tisséo :  structure qui gère les transports en commun de Toulouse et sa région